Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 18:20

421148_3236039309760_1530058079_33034005_1366448911_n.jpg

523052_10150826577160170_127750245169_12487142_1830038261_n.jpg

Repost 0
Published by Alternative Libertaire 22
commenter cet article
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 18:00
  •  

Contre les idées d’extrême droite et contre l’austérité, seule la lutte paie !

Les résultats du premier tour de l’élection présidentielle, marqués par une très forte poussée de l’extrême droite (près d’un million de voix de plus qu’en 2002 pour le Front national), sont la conséquence directe de la politique antisociale et de la surenchère raciste et nationaliste auxquelles s’est livré un sarkozysme aux abois, prêt à tout pour se maintenir au pouvoir et poursuivre une politique ultralibérale menée main dans la main avec le patronat. Et, déjà, en axant leur campagne d’entre deux tours sur la question du vote des étrangers et sur celle de l’immigration, les dirigeants de l’UMP démontrent une fois de plus qu’ils sont prêts à toutes les outrances pour dissimuler le bilan lamentable de cinq années de destruction des droits sociaux, de liquidation des services publics, de traque des sans-papiers et d’incitation constante à la xénophobie.

Mais s’il faut condamner sans ménagement le patriotisme réactionnaire et raciste que chantent de concert les ténors du gouvernement et les cadres du Front national, il faut surtout garder en tête que ce n’est pas dans les urnes que nous pourrons faire advenir le changement que nous appelons de nos vœux. Même si, dans leurs discours, les deux candidats qualifiés pour le second tour n’illustrent pas le même niveau de compromission avec l’économie libérale dominante, ils ne nous promettent en effet tous deux que de simples variations sur le thème de la rigueur et ils adhèrent totalement à la logique mortifère du paiement de la dette. Avec l’austérité qui s’annonce, aucun scrutin ne pourra se substituer à la lutte sociale et à l’action directe des exploité-es. Les vrais ennemis des travailleuses et des travailleurs ce sont bien les capitalistes qui, dans le monde entier, organisent la misère et pillent les richesses et, face à ces gestionnaires et à ces actionnaires qui profitent de nos divisions, aucune candidature ne peut remplacer l’organisation d’un mouvement anticapitaliste de masse qui défende, contre les illusions nationalistes, la solidarité entre travailleuses et travailleurs par-delà les frontières.

Quel que soit le président qui sortira des urnes le 6 mai prochain, nous devrons plus que jamais poursuivre notre combat contre les idées d’extrême droite et nous préparer à résister aux mesures d’austérité qui s’annoncent. Une première date se profile pour préparer ce 3ème tour social : le 1er mai. Alternative libertaire appelle tous les salarié-e-s à se joindre aux cortèges syndicaux du 1er mai, afin d’affirmer l’existence d’un syndicalisme de combat, qui ripostera sans hésiter aux politiques d’austérité qui se profilent, quel que soit le président élu, et de ne pas laisser le FN et l’UMP faire croire qu’ils peuvent s’approprier cette date.

Seule la lutte paie alors organisons-nous pour lutter !

Alternative Libertaire, le 25 Avril 2012

Publié le 25 avril 2012 par Commission antifasciste

Repost 0
Published by Alternative Libertaire 22 - dans Syndicalisme
commenter cet article
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 22:54
Repost 0
Published by Alternative Libertaire 22 - dans Culture libertaire
commenter cet article
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 18:53

Le « vrai » travail ?


Le “vrai” travail ? celui des 650 accidents mortels, des 4500 mutilés du travail ? Celui des droits violés et des heures supp' impayées ?

Le « vrai travail » ? Celui des maladies professionnelles, amiante, TMS, surdité, cancers, qui augmentent, sont sous-déclarées, sous réparées.

Le “vrai” travail ? 150 000 accidents cardiaques et 100 000 accidents vasculaires par an dont entre 1/3 et 50 % liés au travail...

Le “vrai” travail ? Ce jeune ascensoriste de 26 ans écrasé par l'engin qu'il réparait, à cause de la compétition sauvage entre OTIS et KONE

Le “vrai” travail ? Et les milliers d’ouvriers désamianteurs qu'il laisse en ce moment mourir sans protection par refus d'un moratoire ?

Le “vrai” travail ? Celui des mini-jobs, des stages, des emplois saisonniers atypiques, des 3 X 8, des 4 X 8, des intérims et CDD répétés ?

Le "vrai" travail ? Celui des millions de travailleurs pauvres qui n'arrivent pas à vivre avec leurs salaires ?

Le "vrai" travail ? Celui du milliard d'heures supplémentaires non déclarées, non majorées, non payées attribuées à ceux qui ont un boulot au détriment de ceux qui n'en ont pas ?

Le « vrai » travail ? Celui des femmes qui gagnent 27 % de moins que les hommes ?

Le « vrai » travail ? Celui des jeunes à 25 % au chômage et à 80 % en CDD ?

Le « vrai » travail ? Celui des immigrés, forcés à bosser sans droits et sans papiers par des esclavagistes et marchands de sommeil franchouillards ?

Le « vrai » travail ? Celui des seniors licenciés, 2 sur 3 a partir de 55 ans et qui ne peuvent cotiser que 35 annuités alors que 42 sont exigés dorénavant pour une retraite décente ?

Le "vrai travail" ? Celui des restaurateurs dont 1 sur 4 utilisent des clandestins, non déclarés dans le fond de leur cuisine ?

Le “vrai” travail ? Celui des exploitants agricoles qui tuent des inspecteurs du travail pour pouvoir abuser d'immigrés clandestins ?

Le “vrai” travail ? Celui des beaufs de la CG-PME, des cadres casques oranges de chez Bouygues, des marchands de manœuvre appelés « viande » ?

Le “vrai” travail ? "La vie, la santé, l'amour sont précaires pourquoi le travail ne le serait-il pas?" (Parisot/Sarkozy)

Le “vrai” travail "sans loi" et "sans statut" ? "La liberté de penser s'arrête là où commence le Code du travail" selon Mme Parisot et... M Sarkozy

Le “vrai” travail sans syndicat ? Sans syndicat pas de Smic, pas de durée légale, pas de congés payés, pas de sécurité sociale, pas de droit, pas de congés maternité, pas de sécu, pas de mutuelles

Le “vrai” travail ? Celui qui ne fait jamais grève, qu'on ne voit jamais manifester, qui n'est pas syndiqué, qui piétine son collègue ?

Le « vrai » travail ? Celui sans délégué du personnel, sans comité d’entreprise, sans CHSCT, sans institution représentative du personnel ?

Le “vrai” travail ? à France Télécoms, des dizaines de suicides, faute inexcusable du patron de combat qui licencie, stresse, vole, tue

Le “vrai” travail ? Parlons-en ! Stress, risques psychosociaux, harcèlement, suicides, chantage à l'emploi, heures supp' impayées ?

Le “vrai” travail ? Les travaux les plus durs sont les plus mal payés, bâtiment, restauration, nettoyage, transports, entretien, industries

Le “vrai” travail ? Qu'est ce qu'il y connaît ? Dans le bâtiment, 1,1 million bossent surexploités, maltraités, mal payés, accidentés, meurent sans retraite

Le « vrai » travail ? Celui des 900 000 foutus dehors par « rupture conventionnelle » de gré à gré sans motif et sans mesure sociale ?

Le « vrai » travail ? Celui des auto-entrepreneurs, un million en théorie, la moitié en réalité, qui se font exploiter comme faux salariés, à bas prix et sans protection sociale ?

Le “vrai” travail ? celui qui bosse dur pour survivre misérablement ou celui qui exploite dur les autres pour vivre dans des palais dorés ?

Le “vrai” travail ? celui des actionnaires, des rentiers, des riches, des banksters du Fouquet's qui gagnent 600 SMIC par an en dormant ?

Le « vrai » travail, celui de Maurice Levy patron qui se ramasse 16 millions d’euros d’argent de stocks option de poche pillés sur les richesses produites par les salariés.

Le « vrai » travail ? celui de Molex, de Sea France, de Gandrange et Florange, de Continental, de Lejaby, de Pétroplus, des Fonderies du Poitou, de toutes celles et ceux qui ont du se battre pour le garder ?

Le “vrai” travail ? Qu'est ce qu'il y connaît ce cul doré de Sarkozy ? N'a jamais passé la serpillière dans une cantine ni poussé un chariot.

Repost 0
Published by Alternative Libertaire 22
commenter cet article
23 avril 2012 1 23 /04 /avril /2012 18:54
Repost 0
Published by Alternative Libertaire 22 - dans Culture libertaire
commenter cet article
22 avril 2012 7 22 /04 /avril /2012 22:39
Repost 0
Published by Alternative Libertaire 22 - dans Syndicalisme
commenter cet article
22 avril 2012 7 22 /04 /avril /2012 10:03

22 mars : Les anarchistes ont fait bloc et la lutte n’est pas prête de s’éteindre!

L’Union Communiste Libertaire tient à remercier et saluer les quelque 150 personnes qui ont participé au contingent anarchiste appelé par celle-ci lors de la manifestation étudiante nationale du 22 mars à Montréal. Bien qu’il serait facile de relativiser l’importance de la présence d’un tel contingent dans une manifestation-monstre de 200 000 personnes, nous tenons à souligner la nécessité pour les militantes et militants anarchistes de combiner leur participation dans les mouvements sociaux, dans une perspective de radicalisation, à leur organisation « spécifique », en tant que courant politique véhiculant des idées et des projets pour transformer la société. Cette même nécessité a amené, en 2008, des militants et militantes communistes libertaires de six villes du Québec à fonder notre organisation et nous poursuivons aujourd’hui le même but, notamment à travers notre journal, Cause Commune, et les multiples activités de nos collectifs locaux de Montréal, Québec et Saguenay.

Une grève générale illimitée de près de 200 000 personnes est sans l’ombre d’un doute un fait historique pour le mouvement étudiant. L’entêtement du gouvernement à refuser de négocier une hausse des frais de scolarité qui lui ferait sauver, en définitive, que quelques dizaines de millions de dollars n’est pas banal! Le rapport de force établi par le mouvement étudiant a été très largement mené par le travail de la CLASSE, alors que la FEUQ et la FECQ en étaient encore à déposer des mémoires et des pétitions dans les dernières semaines et appellent toujours à des manifestations symboliques sans conséquences pour le gouvernement. Au-delà de la hausse de 1625$ en 5 ans, c’est tout le néolibéralisme et la reproduction de la division de la société en classes sociales que l’on doit remettre en question à travers cette lutte. Comme anarchistes, nous serons sur le terrain et militerons pour forger cette indépendance de classe ; des luttes étudiantes aux luttes ouvrières, sans oublier les luttes féministes, écologistes, antiracistes et contre l’hétérocentrisme.

Union Communiste Libertaire
24 mars 2012

Repost 0
Published by Alternative Libertaire 22 - dans International
commenter cet article
21 avril 2012 6 21 /04 /avril /2012 19:24

 Pas de trêve électorale

Nous voilà bel et bien entrés dans la zone de turbulence électorale : présidentielles en avril/mai, législatives en juin. La gauche passera, passera pas ? Cette question, ils et elles sont très nombreux à se la poser parmi celles et ceux qui veulent à tout prix sortir du sarkozysme. Pour autant faut-il tout attendre d’une « révolution par les urnes » telle que la prône Mélenchon ?

Un petit coup dans le rétroviseur et 1981 se rappelle à nous : l’invention de la « rigueur de gauche », la conversion au libéralisme, la frénésie de privatisation, Tapie ( !) et la gauche caviar… Et une « génération Mitterrand » désespérée par les espoirs trahis.

Alors pour Alternative libertaire, ce n’est pas tant de voter ou pas aux prochaines échéances électorales qui est important : ce qui est nécessaire, ce qui est vital, c’est de lutter, de lutter encore, sans trêve électorale ! Parce que par delà les divisions, notre unité c’est celle de notre classe, celle du Travail contre le Capital.

Notre calendrier n’est pas celui des urnes et de la division qu’elles peuvent engendrer : c’est celui de la marche des sidérurgistes de Florange sur Paris, c’est celui du combat des « Peugeot » contre la fermeture de PSA Aulnay, des personnels de l’Éducation nationale qui se battent contre les fermetures de classes et les suppressions de postes, des syndicalistes de la Poste et d’ailleurs qui mettent en accusation l’organisation du travail quand elle détruit les salarié-e-s…

Parce que les capitalistes, eux, ne font pas de pause.

Alternative libertaire, le 28 mars 2012

Publié le 3 avril 2012         

Repost 0
Published by Alternative Libertaire 22
commenter cet article
21 avril 2012 6 21 /04 /avril /2012 19:02

Pesticides : Médaille empoisonnée pour la France

Malgré leur mauvaise presse, les pesticides restent massivement utilisés dans l’agriculture intensive. La France est n°1 mondial pour leur consommation à l’hectare. Petit tour d’horizon des méfaits si bien cachés des pesticides.

Les quantités de pesticides utilisés au niveau mondial augmentent régulièrement depuis soixante ans dans l’agriculture intensive. La France était, en 2006, le 2e consommateur mondial, et le 3e en 2007. C’est presque autant que les États-Unis avec une surface agricole dix fois moindre ! Si on tient compte de ces proportions, la France et les Pays-Bas détiennent le record mondial de la plus grosse quantité de pesticides par hectare.

Pourtant, lors d’un traitement, plus de 90 % des quantités utilisées n’atteignent pas leur but. L’essentiel des pesticides s’accumule dans les sols et migre vers les nappes phréatiques. On en retrouve des résidus partout. D’après l’Institut français de l’environnement, 96 % des eaux superficielles et 61 % des eaux souterraines françaises en contiennent. Sur environ 400 substances recherchées, 201 ont été mises en évidence dans les eaux de surface et 123 dans les eaux souterraines. Mais les pesticides sont aussi présents dans l’air, les brouillards et l’eau de pluie ! En 1995 et 1996, l’Institut national de recherche agronomique (Inra) de Rennes a installé des stations de mesure de pesticides dans les eaux de pluie. Presque tous les échantillons contenaient des pesticides et 60 % dépassaient 0,0001 milligramme par litre, la concentration maximale admissible pour l’eau de distribution !

On trouve également des résidus pesticides dans nos aliments et nos boissons : plus de 50 % des fruits et des légumes produits par l’agriculture intensive en contiennent. L’exemple du DDT, un insecticide organochloré est symptomatique. Alors qu’il est interdit en Europe depuis 1972, on en trouve encore dans certaines régions éloignées de toute source de pollution directe, y compris par exemple dans les régions polaires où il s’accumule dans la graisse des phoques.

220 000 décès par an

Les personnes les plus fréquemment victimes d’intoxications aiguës par les pesticides sont bien sûr les ouvrières et les ouvriers qui les produisent, mais aussi les agriculteurs et leurs salarié-e-s, qui les appliquent sur les cultures. L’Organisation mondiale de la santé estime qu’il y a chaque année dans le monde un million d’empoisonnements graves par les pesticides, avec quelque 220 000 décès.

Ainsi un nématicide (le DBCP) a provoqué chez les employé-e-s de l’usine où il est synthétisé un nombre important de cas d’infertilité. Une étude de l’Institut de santé publique, d’épidémiologie et de développement, à Bordeaux, a conclu mi-2007 que le risque de tumeur cérébrale est plus que doublé chez les agricultrices et les agriculteurs. Les particuliers utilisant des pesticides sur leurs plantes d’intérieur ont également un risque plus que doublé de développer une tumeur cérébrale.

Les simples consommateurs de produits agro-industriels sont eux menacés par les effets chroniques des pesticides. Depuis 1980, plus de 150 études réalisées dans différents pays ont décelé des pesticides dans les tissus adipeux, le cerveau, le sang, le lait maternel, le foie, le placenta, le sperme et le sang du cordon ombilical humain.

Quarante-huit pesticides autorisés en Europe – dont le fameux désherbant Roundup – sont soupçonnés d’être des perturbateurs endocriniens. Les conséquences d’une exposition à ces produits peuvent être très diverses, avec un risque plus élevé pour les enfants : anomalies congénitales, déficits immunitaires, problèmes de reproduction, cancers, problèmes neurologiques, cognitifs et comportementaux, infertilité masculine. Ce sont au total 92 substances actives de pesticides qui sont classées cancérigènes possibles ou probables par l’Union européenne ou par l’Agence de protection de l’environnement aux États-Unis.

Les êtres humains ne sont pas les seuls touchés, bien évidemment. L’appauvrissement de la biodiversité lié à la pollution de l’eau, de l’air et des sols par des résidus de pesticides mériterait elle aussi de longs développements !

Une alternative vitale

La révolution agricole a démarré au XVIIIe siècle, bien avant l’arrivée des pesticides chimiques vers 1930. Ces derniers ont certes augmenté les rendements. Mais ils ont surtout permis de supprimer des emplois dans l’agriculture et ainsi d’accélérer l’exode rural si utile, en son temps, au développement d’un capitalisme qui avait besoin de masses ouvrières.

L’agriculture biologique est en plein développement, même si elle reste encore marginale en France. Pour combattre les insectes ravageurs, elle utilise des substances d’origine minérale ou végétale, des purins végétaux et des algues calcaires riches en oligo-éléments, tendant à renforcer la résistance naturelle des plantes. La viabilité économique de l’agriculture biologique n’est plus à démontrer, même si sa généralisation nécessiterait une transformation importante des structures sociales dans les campagnes… tout comme probablement un renchérissement des produits alimentaires lié au redéploiement de l’emploi dans l’agriculture. Mais en comparaison des conséquences massives de l’empoisonnement de l’environnement, a-t-on le choix ?

Jacques Dubart (AL Agen)


Un héritage des industries de guerre

Le terme générique de pesticide désigne diverses substances chimiques telles les insecticides, les fongicides, les herbicides, les parasiticides… Il s’agit toujours de substances toxiques, répandues dans l’environnement pour détruire de façon ciblée certains groupes végétaux ou animaux. Bref, il existe des pesticides contre tout ce qui peut nuire à l’agriculture intensive.

L’ère des pesticides de synthèse débute dans les années 1930, profitant des recherches sur les armes chimiques menées durant la Première Guerre mondiale. La Seconde Guerre mondiale a à son tour engendré, avec la mise au point de nouveaux gaz de combat, la famille des organophosphorés qui, depuis 1945, a connu un développement considérable, toujours de mise aujourd’hui pour certains de produits, tel le malathion. Il existe dans le monde près de 100 000 spécialités commerciales autorisées à la vente, composées à partir de 900 matières actives différentes, auxquelles s’ajoutent tous les ans entre 15 et 20 nouvelles matières actives. Les pesticides les plus utilisés en quantité sont les désherbants. La molécule active la plus vendue comme désherbant et la plus utilisée dans le monde est le glyphosate.

Le comble, c’est qu’à présent des cultures OGM sont résistantes à certains herbicides – aux Etats-Unis on cultive ainsi un soja transgénique résistant au Roundup. Pour désherber un champ de ce soja, il suffit de pulvériser du Roundup. Résultat, les ventes de cet herbicide ont bondi de 72 % depuis 1997.

 

Repost 0
Published by Alternative Libertaire 22 - dans Agriculture
commenter cet article
21 avril 2012 6 21 /04 /avril /2012 18:54

Politique agricole : L’agriculture européenne obligée de se recentrer

L’Europe a développé un système d’aide à son agriculture qui s’insérait dans le système mondial. Mais avec l’entrée des produits agricoles alimentaires dans les négociations de l’OMC, cette politique est désormais remise en cause alors que les intérêts de chaque partie s’entrechoquent.

Le Gatt (Accord général sur les tarifs et le commerce) a vu le jour en 1947. Cet accord vise alors à libéraliser les échanges de produits agricoles non alimentaires, tout en laissant la possibilité de « protéger » la production alimentaire. C’est le point de départ du libéralisme européen, dans un contexte de pénurie alimentaire et de volontarisme politique d’une France comptant beaucoup de paysans. C’est le début de l’agriculture intensive avec des objectifs de rendement poussant les paysans à devenir des exploitants et à produire plus, en utilisant massivement des produits chimiques de synthèse.

En 1957, le Traité de Rome reprend les principes de 1947, alors intégrés à la nouvelle Politique agricole commune (Pac). Il libéralise les échanges de marchandises au sein de la Communauté Economique Européenne (France, Allemagne, Italie Benelux). Dans le même temps, il met en place une protection douanière vis-à-vis des pays extérieurs à la CEE et des colonies avec la mise en place d’un tarif extérieur commun. Puis en 1962, la mise en œuvre de la Pac précise ces orientations. Elles prennent la forme de quatre principes : liberté de circulation des marchandises visant à unifier les prix entre les pays membres de la CEE, subventions à l’exportation, ce qui menace l’autonomie alimentaire des pays extérieurs à la CEE, préférence communautaire, ce qui revient à taxer les produits importés qui sont donc plus chers que ceux des pays membre, et enfin solidarité financière par la création d’un fond européen.

Le productivisme mis en cause

Dans les années 70, les premiers cris d’alerte des écologistes se font entendre en même temps que se développe l’agriculture biologique. Les années 1980 voient surgir les crises de surproduction, et dans les années 1990 et 2000 des crises sanitaires dans les élevages intensifs : vache folle, tremblante du mouton, fièvre aphteuse, grippe aviaire… Cela conduit à un recentrage des politiques de subvention pour atténuer les incitations au développement d’une agriculture intensive. En 1992, les aides directes sont attribuées en fonction de la surface et non plus de la production. Ce système entraîne de nouveaux problèmes de répartition des aides entre les agriculteurs cette fois. Il profite aux grands propriétaires céréaliers aux dépens de l’agriculture paysanne. Puis en 1999, la PAC, avec les accords de Berlin, poursuit la recherche de pratiques plus respectueuses de l’environnement, qui sont encouragées avec la création des Contrats Territoriaux d’Exploitation et des Mesures Agro-Environnementales.

Au niveau mondial, l’OMC, créé en 1995, inclut désormais les activités agricoles dans le commerce mondial, en lien avec le GATT. Cela vise à la disparition des subventions et du principe de préférence communautaire, pour ouvrir les marchés. Mais aucun engagement n’a encore été pris pour supprimer les aides aux exportations, qui continuent à rendre les anciennes colonies dépendantes des exportations subventionnées par la CEE. Les enjeux sont complexes entre l’Europe, les États-Unis, et les autres pays qui ne sont pas nécessairement unis dans leurs revendications.

Robin (AL Finistère)

 

Repost 0
Published by Alternative Libertaire 22 - dans Agriculture
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog d'Alternative Libertaire 22.
  • Le blog d'Alternative Libertaire 22.
  • : Blog de contre-information et de résistance sociale d'Alternative Libertaire dans les Côtes d'Armor.
  • Contact

Recherche

Archives