Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 mai 2012 4 31 /05 /mai /2012 18:14
Repost 0
Published by Alternative Libertaire 22 - dans International
commenter cet article
28 mai 2012 1 28 /05 /mai /2012 15:34

536781_271429562955933_136415439790680_504761_542685536_n.jpg

Repost 0
Published by Alternative Libertaire 22 - dans International
commenter cet article
28 mai 2012 1 28 /05 /mai /2012 13:50
 

Appel du réseau Anarkismo-Europe

Ne payons pas leur dette, sortons du capitalisme !

La fin de l’année 2011 a marqué un approfondissement de l’offensive des capitalistes et de leurs alliés, les gouvernements, contre les classes populaires. Une entente tacite de la droite et de la gauche de gouvernement s’est faite dans toute l’Europe autour de la rigueur budgétaire, de l’austérité et du principe de faire payer les classes populaires. La Grèce, où s’est formé un gouvernement d’union nationale incluant des ministres d’extrême-droite, en est la quintessence, et le signe que les capitalistes n’hésiteront pas à recourir à l’autoritarisme pour faire payer la crise aux travailleurs et aux travailleuses.

L’entente entre la gauche et la droite est redoublée par leur collusion avec les marchés financiers, les banques et les entreprises. Les conflits entre gouvernements et agences de notation autour des notes des dettes souveraines ne sont que des faux semblants : les gouvernements et les institutions financières et commerciales marchent main dans la main pour imposer des coupes sombres dans les budgets sociaux, dans les salaires, pour prolonger le temps de travail jusqu’à la retraite, pour brader ou détruire les services publics, pour accentuer la précarité et le chômage au plus grand bénéfice des capitalistes, qui souhaiteraient, paradoxe extrême, augmenter encore un peu plus leur taux de profit à la faveur de cette crise qu’ils ont eux-mêmes créée. Face à cette entente cordiale entre politiciens et capitalistes, les travailleurs et les travailleuses ne peuvent compter que sur eux et elles-mêmes pour résister et imposer une autre sortie de crise.

Cette sortie de crise, la seule possible, c’est la sortie du capitalisme. Ce système ne pourra jamais rien produire d’autre qu’une société inégalitaire, où l’argent et le pouvoir se trouvent de plus en plus concentrés entre les mains d’une minorité parasite de capitalistes et de bureaucrates, et une économie productiviste qui gaspille les ressources sans pour autant répondre aux besoins des populations. C’est en montrant la nécessité d’une autre société, où la richesse et le pouvoir sont égalitairement répartis entre toutes et tous, et où l’économie est orientée vers la satisfaction des besoins, la société communiste libertaire, que nous pourrons donner un débouché politique aux luttes qui tendent à éclore ici ou là, mais qui ne parviennent à s’étendre.

C’est en affirmant le refus des classes populaires de payer la dette des capitalistes, en luttant pied à pied contre les effets des politiques d’austérité, en organisant la solidarité concrète parmi les classes populaires et en construisant des structures de combat au sein des mouvements sociaux que les travailleurs et les travailleuses retrouveront espoir. Communistes libertaires, nous entendons jouer un rôle dans ces luttes à la base en y favorisant la radicalisation et l’auto-organisation.

Pour aller plus loin, et pour construire une solidarité internationale, une convergence des mouvements à l’échelle européenne est également nécessaire. Les capitalistes savent s’organiser à cette échelle et adopter des traités qui prétendent sceller le destin des peuples. Nous, travailleuses et travailleurs européens, n’y parvenons pas encore, même si des convergences existent dans le syndicalisme alternatif. Il est nécessaire de poursuivre cet effort et d’organiser une riposte internationale.

C’est dans toute l’Europe que nous devons affirmer notre refus de payer la dette, notre refus d’engraisser plus encore les capitalistes, en demandant des fortes augmentations salariales, la réduction du temps de travail, le salaire social pour les chômeurs, la restauration de l’âge de retraite, le rejet de la privatisation des dépenses sociales. C’est dans toute l’Europe que nous devons imposer la redistribution intégrale des richesses, c’est-à-dire l’expropriation des capitalistes e des moyens de la production pour aller vers une société socialiste autogestionnaire.

- Federazione dei Comunisti Anarchici - Italie
- Alternative Libertaire - France
- Organisation Socialiste Libertaire - Suisse
- Libertære Socialister - Danemark
- Liberty & Solidarity - Grande-Bretagne
- Libertäre Aktion Winterthur - Suisse

 

 
Repost 0
Published by Alternative Libertaire 22 - dans International
commenter cet article
26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 00:35

antilope3.jpgAu bout de 9 semaines d’occupation déclarée, le bois de la Bévinière s’installe dans une perspective de longue durée.

La vie au bois se structure et s’organise, différents travaux ont permis de faire évoluer le lieu. D’autres projets sont toujours en cours.

Nous tenons à remercier toutes les personnes qui sont passées et du soutien qu’elles ont pu apporter, qu’il soit moral, matériel ou nutritif.

Nous, locaux et moins locaux qui participons à faire vivre cette occupation, en y passant une ou plusieurs nuits, en y construisant abris et protection apprécions cette solidarité.

Nous espérons que celle-ci s’amplifiera encore lorsque les autorités tenteront de nous déloger.

En attendant, si les nombreuses visites de ces dernières semaines ont été un formidable soutien, nous souhaitons les limiter de manière générale aux mercredis, samedis et dimanches, entre 12 h et 19h… A moins que nous appelions à d’autres festivités qu’elles soient conviviales en soirée, ou confrontative (probablement plus matinale).

Des visites en dehors de ces créneaux sont toujours possibles surtout si elles durent plusieurs jours (et nuits). Dans ce cadre, il est conseillé de joindre la permanence du camp au 06 28 94 72 13 quelques jours avant.

Merci de respecter cette règle sachant que l’objet du camp est justement d’empêcher une visite à l’improviste… d’élagueurs et de forces à leurs ordres.

Les occupants et occupant-e-s du bois de la Bévinière.

 

Nous sommes toujours à la recherche de quelques ustensiles afin de poursuivre la mise en place des lieux. Alors, si vous avez cela qui traine par chez vous…

Un garde manger en bois, une ou des poële(s) anti adhésive(s)
Des tissus de couleurs clairs et de grande dimensions.
Des couvertures & draps.
Des torchons.
Un chargeur de piles AA et AAA.
Un onduleur 12/230 V / 200 watts.
Des ampoules à led, culot à vis normal E27 .
Une batterie de voiture.
Une douche solaire.
De l’isolant mince, du fil de fer, des grelots.
Des caillebottis bois, des sacs poubelles à gravats.
Un Big-bag de chantier.
Des légumes frais.
Des supports pour banderolles.
Des étagères bois, des cantines métalliques qui peuvent fermés, des cadenas solides.

Accès au bois : http://percysoustension.pagesperso-orange.fr/rendez_vous/bois_01.html

(Pour celles et ceux venant de loin par l'autoroute, il s'agit de sortir à Villedieu sortie 38 direction Percy/Saint-Lô)

Repost 0
Published by Alternative Libertaire 22 - dans Ecologie
commenter cet article
24 mai 2012 4 24 /05 /mai /2012 10:39

anti-tht.jpgSABOTONS LA LIGNE THT !



Plus de 10000 personnes menacées par l'implantation d'une ligne Très Haute Tension en Normandie.Récit d'une lutte par un militant de l'AG de Chefresne constituée en janvier à la suite des blocages de convois radioactifs à Valogne (1)

Après 7 ans d’opposition populaire, le début du chantier de la ligne Cotentin-Maine en décembre 2011 a confirmé le désespoir de celles et ceux qui s’étaient résigné à l’arrivée des pylônes depuis une bonne année. Ce fut aussi la confirmation pour qui refusait de s’avouer vaincu que l’heure de l’action directe avait sonné si ce n’était pas la seule réponse militante qui pouvait encore être apportée.

Mais qu’est-ce donc une ligne THT ? Si on en croit RTE (Réseau de Transport d’Electricité), EDF et compagnie, c’est le meilleur moyen de transporter de l’électricité sur de grandes distances… C'est à dire avec les moindres pertes énergétiques et surtout financières. La THT génère moins de perte au kilomètre et permet de transporter de plus grande quantité d’électricité par une même infrastructure.

A y regarder de plus prêt, c’est donc un des symptômes de la centralisation excessive de la production électrique symbolisée en France par les centrales nucléaires. C’est surtout la possibilité de mettre en place un hypermarché spéculatif euro-méditerranéen de l’électricité, une énergie difficile à stocker, tout comme les autoroutes internationales sont nécessaires pour l’acheminement rapide et efficace d’aliments intensivement produits à distance des gens qui perdent ainsi la main sur leur capacité à s’alimenter, au profit et pour les profits des entreprises du secteur agro-alimentaire.

L'impact d'une ligne THT est pour les riverains visuel d'une part, et sanitaire d'autre part, avec pour conséquences un impact financier sur la valeur des terres et habitations concernées. Si ces aspects sont non négligeables, il est clairement établi pour nombre d'entre nous, en particulier celles et ceux participant aux © que la résistance est loin de se cantonner aux dégâts sur la santé que RTE a implicitement reconnu en rachetant les maisons à moins de 100 m de la ligne THT. Comme le rappelle l'appel du 4 mars 2012 de cette assemblée, ce réseau THT est intimement lié à la production nucléaire et assumé comme telle par EDF qui avait justifié cette ligne THT par l’EPR en construction, et ce jusqu'au 11 mars 2011. Mais ces lignes THT et la centralisation de la production électrique dont elles sont la résultante ont également une autre signification qui est bien de faire de l’électricité un marché spéculatif international se donnant les moyens d’un réseau international de distribution. On est bien loin du souci affiché par EDF de sécuriser la distribution en France et notamment dans l’Ouest. C’est donc aussi contre la démence productiviste et le règne de l’économie que nous rentrons en résistance.

 

Les lignes existantes avaient déjà suscité quelques émois lors de leur construction dans les années '80 mais la lutte antinucléaire était principalement portée au niveau de Flamanville, le site de la centrale qui était encore à défendre ou, déjà, contre les transports de déchets nucléaires pour extraction du plutonium à la Hague. En revanche, les problèmes sanitaires (trouble du sommeil, acouphènes, vertiges, nausées, etc) ressentis le long des lignes existantes par les riverains, sans parler des problèmes rencontrés par de nombreux exploitants agricoles avec leur cheptel, a été à l'origine d'une mobilisation large et populaire qui a largement dépassé le cadre des militants et militantes antinucléaires, et ce depuis l'annonce de la construction de cette nouvelle ligne avec des manifestations de plusieurs milliers de personnes telle à Mortain, le 31 janvier 2009.

 

L'affinement du projet, la durée de la lutte, l'argent mis sur la table par RTE pour "accompagner" le projet, la remise de la lutte aux mains des représentants et représentantes élu-e-s (maires, conseillers généraux et régionaux) a ensuite fortement contribué à effriter les forces vives que mobilisaient alors de nombreuses associations locales fédérées au niveau départemental et qui se coordonnaient sur l'ensemble du tracé et via Stop-THT1 que ce soit pour mobiliser, agir ou attaquer en justice le projet de ligne THT en lien avec la lutte contre l'EPR. La coordination Stop-THT existe toujours mais elle n'a plus aujourd'hui la capacité ni l'énergie pour relancer la lutte alors que les chantiers ont débuté avec 20% des travaux effectués selon RTE au 3 mai 2012, au bout de 5 mois d'un chantier sensés en compter 12...

Malgré tout, une partie des militant-e-s, riverain-e-s, associatifs ou autres n'est pas résignée. En témoignent les différents déboires dont seraient victimes les entreprises exerçant sur les chantiers (machines ayant des "soucis", déboulonnages publics ou non, problèmes d'accès aux dépôts, blocage de chantier, sciage de cornières de pylônes et/ou de fondation, etc), la constance des forces en présence lors des différentes assemblées du Chefresne et la volonté forte de mettre en place un WE de résistance à la ligne THT du 22 au 24 juin2 afin d'échanger et de renforcer la lutte actuelle.

 

Au sein de l'assemblée, les participants à la lutte n’affichent pas d’étiquette politique. Ils viennent d'horizons très divers : d'organisations antinucléaires, d'associations anti-THT, du mouvement alternatif et anticapitaliste, de divers partis politiques et syndicats, etc, et principalement des 4 départements (Manche, Calvados, Ille & Villaine Mayenne) touchés par la ligne mais pas seulement. Parmi toutes ces personnes, une partie a participé au camp de Valognes en novembre 2011, lequel a insufflé un nouvel élan à cette lutte juste au moment où bulldozers et pelleteuses commençaient à investir les champs.

 

Nous sommes rassemblés par le refus des constructions et projets inutiles, néfastes et dépossédant (EPR, THT, aéroports, centrale à gaz, lignes TGV…), par le refus d’une dictature de l’État et de "ses" entreprises (RTE, EDF, AREVA, VINCI…). Nous nous opposons au déni de justice imposé par l’argent et les appuis politiques de ces entreprises. Nous travaillons à nous réapproprier le territoire, notre cadre de vie par des actions de terrain, en prenant soin d'agir sans violence à l'encontre des personnes, et en tentant de partager idées et expériences avec différents groupes vivant des luttes similaires (Notre Dame des Landes, Val Susa, etc).

 

Outre la ligne THT, la lutte antinucléaire est au cœur de notre action par laquelle nous poussons avec force vers une sortie totale et immédiatedu nucléaire civil et militaire à commencer la l’arrêt de la construction de la THT Cotentin-Maine et de son EPR, tout en ayant conscience que c'est une lutte de longue haleine. Nous nous organisons lors des assemblées qui sont ouvertes à toutes les bonnes volontés avec un fonctionnement horizontal.

 

Un-e de l'assemblée parmi d'autres.

 

1https://stop-tht.org

2https://valognesstopcastor.noblogs.org/1087

Repost 0
Published by Alternative Libertaire 22 - dans Ecologie
commenter cet article
24 mai 2012 4 24 /05 /mai /2012 10:33

1689236_12049557-peupledunes-b129a.jpgLe marchand de sable passe la dune trépasse. Non à l’extraction de sable ici et ailleurs !

Un rassemblement organisé par le collectif le Peuple des Dunes en Trégor (cartel de plus de 40 associations) a rassemnblé 13 mai sur la plage de Tresmeur à Trébeurden 4000 personnes sur les 10000 attendues. Comme son homologue morbihannais qui s’est battu avec succès contre le cimentier Lafarge, le collectif costarmoricain s’oppose à un projet d’extraction de sable coquillier en baie de Lannion.

Un rapace à l'appétit sans fond

Le projet d'extraction est mené par la Compagnie Armoricaine de la Navigation (CAN), filiale de la multinationale Roullier qui a su étendre ses appétits de St Malo à plus de 40 pays avec plus de 6000 salarié-e-s.

Malgré l'avis défavorable des municipalités riveraines du site (le périmètre d’exploitation se situe près de la côte entre 2 zones classées Natura 2000), des associations de défense de l’environnement, des comités de pêche de la communauté d'Agglomération Lannion-Trégor, l’Etat envisagerait d’accorder un permis d’exploitation à la CAN en compensation de l’interdiction d’exploitation du maërl. Le maërl,constitué de débris d’algues et de coquilles, est traditionnellement utilisé en Bretagne en agriculture en sol acide et dans les exploitations bio comme fertilisant naturel ou pour reminéraliser l’eau potable. Les bancs de maërl favorisent un excellent biotope .Son exploitation le long des côtes bretonnes est telle qu’elle empêche son renouvellement naturel et menace la biodiversité.

Un projet inutile de plus

Le projet de la CAN prévoit l’extraction 24 h/24 h de 400 000 m3 de sable par an (alors que les besoins de l’agriculture locale seraient de l’ordre de 50 000 à 100 000 m3) sur une période de 20 ans d’une dune sous-marine à quelques km de la réserve des 7 îles et sur une zone essentielle pour les pêcheurs et pour la faune locale (ex : refuge apprécié du lançon, poisson qui est un maillon indispensable dans la chaîne alimentaire). De plus comme l’a souligné le collectif du Peuple des Dunes du Morbihan dans son combat contre Lafarge on mesure mal l’interdépendance des systèmes dunaires littoraux avec les gisements de sable en mer. Pour faire simple le sable qu’on retire des fonds marins serait mécaniquement du sable en mois pour les dunes protégeant le littoral de l’érosion.

Le directeur du développement de la CAN met dans la balance ses 29 emplois. Pourtant, la CAN a su diversifier ses activités notamment dans le ré-ensablement et le remblaiement des chantiers de travaux maritimes. Le collectif des Peuples des Dunes de son côté mentionne l’impact certain sur la soixantaine d’emplois des marins pêcheurs, sur les innombrables emplois liés au tourisme, à la plaisance….

Un apolitisme qui interroge

Si @l 22 a bien entendu sympathisé avec la cause du collectif du Peuple des Dunes en Trégor, plusieurs questions restent en suspens. D’abord l’organisation du rassemblement en lui-même qui se voulait apolitique tout en invitant des élu-e-s locaux à la tribune, tout en demandant aux personnes s’affichant politiquement de ranger leurs drapeaux pendant le rassemblement. Pour nous les luttes écologiques sont éminemment anticapitalistes et nous mettent face à des choix de société, réflexions jamais abordées par le collectif. Est-ce que Trébeurden a vocation à vivoter hors saison touristique pour n’être finalement qu’un port de plaisance, un parc d’attraction pour plaisanciers et pour clubs de plongée? Comment reconvertir les professionnels de l’extraction de sable et bientôt les pêcheurs? Quelles alternatives au maërl et aux sables coquilliers pour l’agriculture? Pourquoi le collectif dit que l’extraction n’a qu’à se faire ailleurs? Quelles convergences avec les autres luttes écologiques (THT, NDL, LGV...).

En attendant les verdicts des services de l’Etat, le préfet du Finistère et le ministère de l’environnement ont donné un avis favorable, reste celui de l’Industrie qui aura le dernier mot…

 

Serguei (AL Lannion)

Repost 0
Published by Alternative Libertaire 22 - dans Côtes d'Armor
commenter cet article
18 mai 2012 5 18 /05 /mai /2012 13:07
Repost 0
Published by Alternative Libertaire 22 - dans International
commenter cet article
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 16:10
Au lycée autogée de Paris :
Repost 0
Published by Alternative Libertaire 22 - dans Alternative libertaire
commenter cet article
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 12:39
Repost 0
Published by Alternative Libertaire 22 - dans International
commenter cet article
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 18:55
Repost 0
Published by Alternative Libertaire 22
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog d'Alternative Libertaire 22.
  • Le blog d'Alternative Libertaire 22.
  • : Blog de contre-information et de résistance sociale d'Alternative Libertaire dans les Côtes d'Armor.
  • Contact

Recherche

Archives