Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 avril 2008 5 18 /04 /avril /2008 17:32

Casse de l'école, dans le primaire aussi !!!

 



Dans l'enseignement primaire également, le rouleau compresseur libéral poursuit inexorablement son œuvre de démolition sociale.

Le ministère de l'Education Nationale a annoncé sans aucune concertation la suppression du samedi matin, la mise en place de nouveaux programmes, d'heures de soutien aux élèves en difficulté et de stages de remise à niveau. Le ministre prétend que ces mesures constituent un dispositif pertinent dans le traitement de la difficulté scolaire.


Dans les faits, les projets de réforme Darcos dans le primaire relèvent de la même logique que dans le secondaire : dépenser moins.



L'idéologie au pouvoir

Mais, au-delà de l'aspect budgétaire, c'est une véritable entreprise idéologique qui est à l'œuvre. Garde-à-vous et Marseillaise pour flatter les éléments les plus réactionnaires de notre société, mais pas seulement : il s'agit d'instaurer (ou de restaurer) une école purement sélective et autoritaire. La réussite de toutes et tous relevant d'une utopie « post-soixante-huitarde », l'école doit réviser ses ambitions à la baisse.


Le projet de nouveau programme repose sur une conception étroite et réductrice des savoirs. Le centrage sur le français, les maths et l'EPS en élémentaire, le vocabulaire et l'étude des sons en maternelle, réduit les apprentissages à des visées étroitement utilitaires sans permettre l'ouverture culturelle sur d'autres horizons, nécessaires au développement de chacun-e. L'appauvrissement des programmes s'accompagne d'apprentissages inadaptés à l'âge des élèves. Ces logiques à l'œuvre ne peuvent que renforcer l'échec scolaire des élèves issus des milieux populaires.



La sélection dès la maternelle

Et tant mieux pour les élèves qui s'en sortent. Pour les autres... Les difficultés scolaires ne seront plus prises en charge sur le temps scolaire mais hors temps de classe (il faut bien que les enseignant-e-s compensent la perte des samedis matins) ou sous la forme d'heure sup' avec des « stages de remise à niveau » pendant... les vacances scolaires pour les élèves (déclinaison dans le primaire du slogan « travailler plus pour gagner trois fois rien »). Les Rased (réseaux d'aide spécialisés dans le soutien aux élèves en difficulté), déjà fort mal lotis, se sentent à juste titre directement menacés par cette nouvelle gestion de la difficulté scolaire. Le corps d'enseignant-e-s spécialisé-e-s devient donc une cible. Le corps des instits remplaçants lui aussi fond à vue d'œil et en cas d'absence, les enseignant-e-s sont rarement remplacés.


S'ajoutent à cela plusieurs propositions du ministère toutes aussi inacceptables. Par exemple, l'instauration du salaire au mérite à travers l'évaluation des enseignant-e-s « intégrant les progrès des élèves » a de quoi inquiéter. Ou encore, la publication des évaluations, école par école, dans un contexte où il est question de supprimer la carte scolaire et où le gouvernement encourage financièrement les établissements privés, permettant la mise en concurrence des écoles, laisse présager l'accroissement des inégalités.



« Il faut réduire le nombre de fonctionnaires »

En clair, il s'agit d'imposer les objectifs affichés par Sarkozy : réduire le nombre d'enseignant-e-s, remettre en cause leurs droits statutaires, s'attaquer au service public en généralisant l'autonomie des établissements scolaires (Epep, Etablissements publics d'enseignement primaire, avec un conseil d'administration où prédomineraient représentants des collectivités locales et des parents et un directeur, supérieur hiérarchique.).


Face à ces attaques, nous devons chercher par tous les moyens à fédérer les fronts de la contestation dans l'éducation (enseignant-e-s du primaire, du secondaire, lycéens, parents...) et au-delà. En détruisant le droit à l'éducation pour tous, le gouvernement s'attaque à un droit fondamental comparable au droit à la santé, au droit au logement ou à la sécurité sociale. C'est bien une affaire qui doit devenir l'affaire des syndicats interprofessionnels. Cette mobilisation concerne l'ensemble de la société.

A l'instar des parents et enseignant-e-s de l'école Bolivar (Paris XIXe), nous encourageons les appels à la désobéissance et à la non-application de ces nouveaux programmes et dispositifs.

 

Etudiants libertaires chiliens en lutte contre l'éducation marchandisée.

===================================================

Non au fichage des enfants


L'Éducation nationale met en place un système de fichier centralisé des élèves appelé « Base élèves ». C'est un programme où tous les renseignements concernant les élèves et leur famille sont envoyés par internet à une base nationale. Il sera accessible aux directeurs d'écoles, à l'administration de l'Éducation nationale et aux... maires. Ils pourront y retrouver les données familiales, sociales (aides, suivi extérieur...) et scolaires (suivi psychologique, absentéisme, interventions du Rased, ...)


Il a été élaboré en l'absence de tout débat démocratique sur sa finalité, son fonctionnement, ses possibilités de croisement avec d'autres fichiers (police, justice,...)


La finalité affichée est d'« apporter une aide à la gestion locale des élèves, assurer un suivi statistique des effectifs d'élèves et permettre un pilotage pédagogique et un suivi des parcours scolaires ». Mais dans la mesure où il va ficher tous les enfants, l'une des utilisations vraisemblables de ce système se trouve dans la Loi de prévention de la délinquance du 5 mars 2007. Cette loi place le maire « au centre de la politique de prévention » avec de nouveaux pouvoirs, en le faisant notamment bénéficier de la notion de « secret partagé » avec différents acteurs sociaux. « Base élèves » se situe donc dans la droite ligne du rapport Benisti qui, pour prévenir « les comportements déviants », préconise la détection précoce des troubles comportementaux infantiles dès la crèche...



L'établissement de fichiers dès le plus jeune âge est une menace pour les libertés individuelles car l'informatique permet de recouper les informations de différents fichiers sans intervention humaine (CAF, école, gendarmerie, sécu...).


Les libertés individuelles sont trop importantes pour être abandonnées au bon vouloir des gouvernements et des administrations. Nous demandons la suppression définitive du système « Base élèves » et des données déjà collectées.



Repost 0
Published by Alternative Libertaire 22 - dans Education
commenter cet article
18 avril 2008 5 18 /04 /avril /2008 17:21

Darcos devrait jeter un oeil par sa fenêtre ! Lycéennes et lycéens occupent la rue et ils comptent bien y rester, car c'est leur avenir qu'on menace en supprimant tous ces postes et en "réformant" l'Education à tous les niveaux pour donner la jeunesse de France en pâture aux patrons et aux politicards qui gouvernent pour eux !

 



L'Education reflète ce qu'on veut faire de la société... Eh bien, c'est pas brillant ! Le peuple soumis à ses patrons et ses dirigeants, voilà ce qu'ils veulent. Hors de question ! répondent les lycéennes et lycéens !

Toujours plus fort !

Déjà six manifestations en trois semaines de lutte et la colère monte, les cortèges grossissent, jusqu'à 90 000 jeudi 10 avril dans tout le pays ! Le nombre de bahuts mobilisés augmente et 120 d'entre eux se sont réunis en coordination en Ile de France. Alors que les vacances ont commencé, près de 200 lycées sont en lutte et les personnels se joignent à la mobilisation, l'intersyndicale ayant appelé à la grève intercatégorielle mardi. Pas question de s'arrêter en si bon chemin, malgré les pressions du gouvernement.


Tentatives d'intimidation : la peur d'un Mai 2008 ?

Beaucoup de grèves éclatent contre des conditions sociales inacceptables et face à ce gouvernement qui vire les immigrés et fait voler la protection sociale en éclats. Quarante ans après, le spectre de mai 68 est bien là ! Et pourquoi pas ? C'est bien des mouvements sociaux dont les gouvernements ont peur et la jeunesse y joue un rôle moteur. De fait, les violences policières et les arrestations parfois arbitraires dont ont été victimes manifestant-e-s et profs ces dernières semaines prennent un caractère politique. Devant tant de mépris, la colère est légitime, mais les violences entre jeunes ou sur les personnels sont inacceptables et contre-productives, c'est l'État qui doit être visé, pas nos camarades ! Les manifestant-e-s doivent organiser démocratiquement et collectivement leur sécurité afin de se protéger des arrestations et d'éventuelles agressions physiques, policières ou non. Il ne s'agit pas de faire des lycéens et lycéennes des "bisounours" mais c'est pour que les actions se passent bien et que ceux et celles qui manifestent puissent le faire sereinement.


 



Se donner les moyens de lutter et de gagner !

Seul un mouvement massif, durable et impliquant tout le monde, lycéennes et lycéens, profs et personnel non-enseignant et l'organisation généralisée de la grève dans les lycées peuvent faire reculer un gouvernement on ne peut plus déterminé. A ce stade de la mobilisation, il faut que les différentes instances du mouvement (AG, coordinations...) mettent en place une stratégie qui permettent d'accentuer le rapport de force. Tout en maintenant la pression par des manifestations régulières, il faut réfléchir à organiser en lien avec elles des actions, occupations symboliques de lieux de décision et de mise en place de cette politique, blocages économiques (axes routiers, gares)...


Pour un service public de l'éducation accessible à toutes et tous

Face à une école au rabais qui précarise les jeunes sur tous les plans (culturel, intellectuel, professionnel...), il faut affirmer le choix d'une école qui apporte à tous et à toutes une culture et une formation riches, qui leur donne les moyens de lutter et de s'émanciper. Alternative Libertaire revendique la mise à disposition immédiate de fonds supplémentaires pour le service public de l'éducation, des créations massives de postes, notamment dans les quartiers populaires, la possibilité pour les jeunes de prendre part aux choix les concernant tels que l'élaboration des programmes et les méthodes d'enseignement.

 

Repost 0
Published by Alternative Libertaire 22 - dans Education
commenter cet article
18 février 2008 1 18 /02 /février /2008 20:50
Logement étudiant : un crachat de plus à la gueule des pauvres


A l’annonce des promesses d’aide au logement des ministres Pécresse (Enseignement supérieur) et Boutin (Logement), Alternative libertaire s’indigne d’une nouvelle preuve de mépris pour les travailleurs et travailleuses en formation que sont les étudiants et étudiantes des classes laborieuses.

Pour pallier le manque de logements étudiants, on nous assure que 620 millions d’euros seront débloqués afin de construire 5000 nouveaux logements et d’en réhabiliter 7000 de plus par an d’ici à 2012. Mais par ailleurs, comme le gouvernement a l’habitude de le faire, il n’assume pas ses responsabilités. Ainsi, les milliers d’étudiant-e-s qui resteront en galère de logement devront se trouver une place… chez l’habitant !

undefined


Un pansement sur une jambe de bois...

Au gouvernement, on aime se féliciter d’irriguer le désert avec une goutte d’eau et Pécresse excelle en la matière. Soyons clairs, construire 20 000 nouveaux logements en 4 ans alors que seulement 7 à 8 % des 2 millions d’étudiant-e-s français-e-s ont accès à des logements CROUS, c’est ridicule. Mais peut-être que ça correspond aux prévisions du gouvernement quant au nombre d’étudiant-e-s qui subsistera aux conséquences de la LRU : fermeture de filières, augmentation des frais d’inscription comme à Dauphine où l’on passe à 800 euros… Quelle crédibilité peut-on accorder à une énième promesse du genre ? La dernière en date faisait suite au rapport Anciaux en 2004 et elle n’a connu aucune suite, comme tant d’autres « grands projets » de rénovation/création de logements étudiants ou sociaux. Ni les étudiant-e-s, ni les habitant-e-s des quartiers ne vous diront le contraire… Quant au logement intergénérationnel vanté par Pécresse, c’est un remake du « travailler plus pour gagner plus ». Désormais, pour les retraité-e-s dont le revenu est insuffisant, c’est « héberger plus pour gagner plus ! ». Concrètement, le logement intergénérationnel, c’est une perte d’autonomie pour les étudiant-e-s. En effet, question intimité, ce n’est pas terrible pour les jeunes adultes que sont les étudiant-e-s. De plus, c’est l’habitant qui pose le plus souvent les conditions de la « cohabitation », or un-e étudiant-e n’a pas le même rythme de vie qu’une personne âgée. Par ailleurs, cette proposition est irresponsable alors que des propriétaires pervers négocient des collocations contre les charmes des étudiantes. Enfin, elle pousse les retraité-e-s pauvres à prendre des étudiant-e-s chez eux pour combler une retraite insuffisante.

Aucune garantie !

Comment seront gérés ces 620 millions d’euros ? Les loyers des logements réhabilités resteront-ils les mêmes ? Les nouveaux logements seront-ils abordable pour tou-te-s ? Aucune garantie n’émane des promesses de Pécresse. Et ce gouvernement a déjà prouvé que “les promesses n’engagent que ceux qui y croient”… Pas question pour les militant-e-s d’Alternative libertaire d’accepter sans broncher ce nouvel écran de fumée de la part d’un gouvernement qui méprise les étudiant-e-s les plus pauvres et les jeunes en général.

Alternative libertaire revendique :

- un vrai service public du logement au service des étudiant-e-s : soumis à leur contrôle, il répondrait aux besoins réels de la jeunesse par la construction massive de logements et assurerait l’égalité d’accès au logement pour toutes et tous.
- un salaire social pour la jeunesse en formation, qui ne serait plus contrainte de se salarier, ce qui lui permettrait de vivre et d’étudier dans des conditions optimales (logement, santé, temps d’étude…) et qui serait issu des cotisations 
sociales au même titre que les retraites.
- le retrait de la LRU, ainsi que l’abandon des poursuites 
judiciaires
et la libération des personnes arrêtées 
à l’automne 2007 durant le mouvement anti-LRU.

 


Repost 0
Published by Alternative Libertaire 22 - dans Education
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog d'Alternative Libertaire 22.
  • Le blog d'Alternative Libertaire 22.
  • : Blog de contre-information et de résistance sociale d'Alternative Libertaire dans les Côtes d'Armor.
  • Contact

Recherche

Archives